Singularité techno-logique

De HORDUBUZ
Aller à : navigation, rechercher


En mathématique une singularité est un point particulier dans une courbe. A partir de ce point l'évolution de la courbe obéira à des règles nouvelles.

Ce peut être un sommet, une bifurcation, un col, etc. L'on parle beaucoup d'une singularité technologique à venir qui serait déterminante pour une relation de l'homme à la machine intelligente. A partir de cette singularité l'homme n'évoluerait plus seulement biologiquement et intellectuellement mais aussi technologiquement. Elle nous est prédite aux alentours de 2025 en fonction de la loi de Moore qui prédit le doublement des capacités d'informatique logique.


Singularite.jpg

En fait la singularité a déjà eu lieu : en deux temps.

  • aux alentours de de -500, lorsque Thales a résolu de sortir du mode mythologique de la sagesse (sophia) attribuée aux "deus ex machina" mythologiques et de s'intéresser la sagesse pour elle-même (philosophie).
  • le 21 janvier 1889, lorsque le jury réuni par le Roi de Norvège attribua le premier "Oscar" à Henri Poincaré, pour la démonstration de l'irrésolubilité du problème des "n-corps" : Newton n'est applicable qu'à la raison logique mathématique du tiers exclu, c'est à dire "n<3". L'univers n'est pas dialectique mais polylectique c'est à dire complexe.


La description et la compréhension de cet univers (logos) complexe réclame une méthodologie nouvelle de la pensée humaine, selon un savoir faire mis en commun (techne), étendant son besoin à celui d'une "technologie pour la sagesse" (technosophie), ce que vont engager l'identification du champs de l'"intellectuel" (Clémenceau, 1898), la description d'une nature à la fois quantique (Plank, 1900) et relative (Einstein, 1905) dont la numérique (Pytagoricienne) nouvelle va se découvrir le fait d'une mathématique incomplète (Goëdel) mais fortement renouvellée par la cybernétique (Wiener) et la systémique (Von Bertalanffy).